MO(T)SAIQUES 2

"Et vers midi
Des gens se réjouiront d'être réunis là
Qui ne se seront jamais connus et qui ne savent
Les uns des autres que ceci : qu'il faudra s'habiller
Comme pour une fête et aller dans la nuit ..."

Milosz

lundi 28 janvier 2013

P. 219. Dans le ventre de la baleine...


.

givre (Ph. JEA/DR).


au début, la surprise est réelle, même pour les blasé(e)s de service :
dans le ventre de la baleine, l’éclairage est d’autant plus éblouissant
qu'au dehors, une tempête ténébreuse vient de passer à tabac l'océan
en brisant et en piétinant les astéries innocentes

murs et plafonds tournent en rond et ignorent les saisons
les fenêtres et autres soupiraux sont strictement prohibés
pas de coins de paradis pour les enfants ni de statues ridicules
de ces maîtres à dépecer la pensée dépassée

les passants polycopiés sont à peine plus nombreux que les trépassés à bouche baie
les premiers en bleu froissé ou en vert délavé, les autres en blanc cassé
les silences même en cendres pèsent le poids des absences
les horloges piquent les heures pour qu’elles ne recommencent pas à gémir

ce jeudi, le ventre de la baleine abrite le tournage d'un docu médical
silence ! moteur ! ça tourne ! clap début : « Rechute, 11ème »
les acteurs ne connaissent pas vraiment leur rôle ni leur texte
pourquoi s’impatienter ? il n’y a pas de sortie prévue pour les artistes



.

28 commentaires:

  1. chez moi aussi, y en a qui passent...
    elle m'intrigue cette belle baleine au riche ventre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dans ce ventre-là, il m'a été donné d'entendre du Mozart, "remixé" pour utiliser le vocabulaire à la mode
      il y avait de la catastrophe dans l'air...

      Supprimer
  2. Merveilleux paysage peint par un peintre givré.
    Bonheur des fenêtres.
    Pour le reste, espérons le calme après la tempête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on pourrait croire à du Van Gogh remonté vers un hiver nordique...

      Supprimer
  3. effroi, angoisse, foideur clinique....on peut faire de la poésie avec cela? On fait bien du cinéma! répond la fin du poème!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. René Char :
      - "La poésie vit d'insomnie perpétuelle..."

      Supprimer
  4. Cette photo est magnifique et le texte ne l'est pas moins;on est vraiment ailleurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la photo ? en Condroz
      les mots ? des brouillons...

      Supprimer
  5. Ils répèteront jusqu'à épuisement puisque pas de sortie.
    Dans le ventre de la bas-laine, les bols d'air sont pro-imbibés ...et les vitres invisibles à l'oeil mû et émues sont à jamais brouillées ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pas de porte de sortie mais peut-être des issues de secours ?

      Supprimer
  6. Claustrophobes s'abstenir dans le ventre de la baleine!
    On ajoute toujours des scènes au film. Après le givre qui cotonne tout, viendra le printemps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. des cerises aux oreilles de la baleine...

      Supprimer
  7. touchée loin profond par ces mots qui en disent tellement...
    je pourrais pointer chaque phrase
    mais je m'attarde sur celle-ci:
    "les horloges piquent les heures pour qu’elles ne recommencent pas à gémir"
    J'ai aimé la photo de l'horloge, nette et péremptoire, sachant bien ce qu'elle veut
    J'aime aussi cette photo, pour son tremblement fragile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chère Coumarine
      les caractères (d'imprimerie) de ce billet n'ont pas été victimes d'une folie des grandeurs mais répondent seulement au souhait de montrer sa sympathie envers celles et ceux que des troubles de la vue n'ont pas réussi à pétrifier...

      Supprimer
  8. Se laisser surprendre par la poésie ...Rentrer dans son ventre et écouter son chant ...
    Merci de se superbe texte :)
    Douce journée ... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prévert :

      - "...A pied sur une baleine
      Au milieu de la lune
      Dans un quartier perdu
      Perdu dans une carafe
      Une carafe d'eau rougie
      D'eau rougie à la flamme
      A la flamme d'une bougie
      Sous la queue d'une horloge
      Tendue de velours rouge..."

      Supprimer
  9. Une fenêtre se ferme et s'ouvre, la baleine ne mord jamais et à toutes les heures l'artiste crée ses sorties. Splendide photo, texte "trop"... bonjour l'artiste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. venant d'une artiste comme vous, le bonjour me touche vraiment

      Supprimer
  10. la baleine, son gosier, sa faim sans fin, angoissant, troublant et trouble comme votre belle image.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. du moins n'est-elle plus obligée de porter le corset...

      Supprimer
  11. Pour sortir, lui chatouiller la glotte

    Plaignez, plaignez la baleine
    Qui nage sans perdre haleine
    Et qui nourrit ses petits
    De lait froid sans garantie.
    Oui mais, petit appétit,
    La baleine fait son nid
    Dans le fond des océans
    Pour ses nourrissons géants.
    Au milieu des coquillages,
    Elle dort sous les sillages
    Des bateaux, des paquebots
    Qui naviguent sur les flots.

    Robert Desnos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il va lui manquer un pêle-mêle où ne détonaient pas son ventre saint-gris et son pâle sang bleu...

      Supprimer
  12. Un texte magnifique, très fort qui nous happe littéralement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cioran :
      - "Lorsqu'on abuse de la tristesse, d'homme on se retrouve poète..."

      Supprimer
  13. Dehors, dedans, opacité... mais entre les flocons passe un rai de lumière.
    Votre poésie me touche profondément.

    Un malencontreux coupe de foudre m'avait laissée sans connexion, je vous retrouve avec émotion.
    Chaude et douce journée JEA.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah, si le ciel vous déclare sa flamme...
      ici le vent souffre d'overdose, du coup, nous aussi et pour la première fois depuis plus de dix ans, pas un oiseau aux horizons des ardennes
      la pluie qui n'y voit goutte, vient se heurter de plein fouet sur les glaces
      assez sinistre en fait

      Supprimer
  14. givre digne d'un grand peintre. Quant au texte ... chapeau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et pourtant pas d'absinthe par ici...

      Supprimer

Les commentaires sont modérés dans la mesure où les spams ne sont pas vraiment les bienvenus (ils ne prennent pas de vacances)